YASA
Faire un don
Un Parc éducatif pour Les scouts de l'école de Sainte Famille Fanar Conférence donnée pour la defence civile libanaise a Dbayeh Boulif : La stratégie nationale de sécurité routière 2016-2025 Conférences données pour Al Iman hôpital Aley Conférence donnée pour l'université Balamand Akkar Conférence donnée pour l'université Balamand Akkar Conférence donnée pour la defence civile libanaise a Dbayeh Conférence donnée pour l'association SNG a Hazmié Cette traversée, je l’ai faite toute seule, sans déranger personne La sécurité sur roues La sécurité en bicyclette ce qu’il faut apprendre à vos enfants Conférence donnée pour les professeurs a Dar Anout (DIP) pour la Compagnie nationale Aggregate de Chekka Conférence donnée a Beshmezine - Monastère de Saint Jean Conférence donnée a Montagne de Akroum pour l'association de Al Bayan Conférence donnée a Ibl El Saki en corporation avec la Paroisse de Saint Georgios Conférence donnée a l'assaciation du pretre Hanna Le nouveau permis de conduire européen TECHNIQUE : GPS OU ES-TU ? LES LOIS DE L'AERODYNAMIQUE AUTOMOBILE LA SUSPENSION PILOTEE TOIT TRANSCUP VENTURI GLOSSAIRE AUTOMOBILE DOSSIER PNEUS: CHOISIR SES PNEUS HIVER La Fibre De Carbone et L'Automobile ENTRETENIR SA VOITURE Un Parc éducatif à l'ecole de Wardiyeh a Mansourieh Un Parc éducatif à l'ecole de Saint Josepf Cornet Chehwan Le Conseil national divisé sur l’expérimentation de la baisse de la vitesse Conférence donnée par la YASA à l'Armée Libanaise Amchit. Application du nouveau code de la route au Liban : où en sommes-nous ? Journée noire sur le Dakar France: Vers des taxis parisiens 100% verts? Nigeria: Accident d’avion au décollage. Grave accident de la route aux Etats-Unis. Belgique: collision entre deux trains de marchandises.
Examen de la sécurité des autobus - Généralités
10/7/2010 4:55:59 PM

Examen de la sécurité des autobus - Généralités
Prévention des accidents

Comme pour tout autre véhicule, la sécurité des autobus dépend des routes, du véhicule et du conducteur. De récents accidents majeurs d'autobus mettent en cause des facteurs bien connus d'accidents, soit l'entretien des freins et la fatigue du
 conducteur. Les autobus et leurs propriétaires observent les règlements ordinaires de la sécurité routière et en profitent. Le Règlement sur la sécurité des véhicules automobiles et le Code canadien de la sécurité voient du même œil les autobus et les autres véhicules de grosseur comparable sauf en ce qui a trait aux normes précises sur la protection des passagers d'autobus et la protection des enfants autour des autobus scolaires.

Le Règlement sur la sécurité des véhicules automobiles applique aux autobus des normes de prévention des accidents. Il est important de noter la récente mise à jour de la norme NSVAC 121 touchant les freins à air afin d'exiger des rattrapeurs de jeu automatiques, qui sont conçus de façon à réduire le besoin d'entretien attentif des freins. Également important, les véhicules ayant des freins à air devront bientôt être munis d'un dispositif de freinage antidérapant intégral.

Le Code national de la sécurité applique également aux autobus ses normes d'inspection et d'entretien des véhicules, ses normes d'aptitude du conducteur, ainsi que ses exigences quant à la formation, le carnet de route et les heures de service. L'aptitude en matière de sécurité est la clef du Code national de la sécurité et, avec une nouvelle norme pour les taux de sécurité et un programme d'échange des données, on pourra suivre de près le rendement des transporteurs routiers quant à la sécurité où qu'ils aillent.

Il n'existe aucune raison de traiter les autobus de façon différente des autres véhicules pour ce qui est de la prévention des accidents. Le présent rapport ne dégage donc pas ni n'examine les questions de prévention des accidents qui sont communes à d'autres catégories de véhicules. La seule exception est le ralentisseur qui semble diminuer les problèmes de freinage sur les routes accidentées.

Ralentisseurs

Il existe quatre types de base de ralentisseurs qui sont tous des appareils supplémentaires fournissant une force ralentissante le long de l'arbre de transmission, allant jusqu'à 10 % de la force de base des freins1. Un contrôle le valve d'échappement des moteurs et un réduit le débit des gaz d'échappement, les deux améliorant le moteur en harnachant l'action de pompage des pistons. Les deux autres sont à toute fin pratique des freins supplémentaires hydrauliques ou électriques2 dans l'arbre de transmission.

Les ralentisseurs réduisent l'utilisation des freins de base et, par conséquent, movennant certains coûts en capital et en exploitation (entretien et perte de charge utile), réduisent l'entretien des freins. Employés correctement, ils facilitent la tâche du conducteur. Ils sont donc commercialisables et un peu partout on les installe sur les autobus et sur d'autres véhicules utilitaires.

Les ralentisseurs, employés correctement, fournissent une force de ralentissement considérable, une redondance de plus dans le système global des freins. Dans certaines circonstances, ils pourraient aider à prévenir les pertes de contrôle dans les descentes. On a signalé un problème de freinage dans une pente raide comme facteur contribuant dans deux accidents mortels3. S'il y avait eu des ralentisseurs installés correctement, ils auraient pu aider à contrôler la descente.

Les ralentisseurs ne peuvent cependant pas remplacer des freins de base bien conçus et maintenus correctement. Des freins de base appropriés sont essentiels à la sécurité et sont conçus afin d'arrêter ou de ralentir un véhicule dans des conditions normales d'utilisation. Les règlements sur les freins des nouveaux véhicules et l'entretien des freins ont pour but d'assurer que la pratique demeure conforme à la théorie.

Le règlement fait beaucoup afin d'assurer des systèmes convenables de freins de base. Les normes récentes touchant les rattrapeurs de jeu automatique et les systèmes antidérapants intégraux devraient aider à améliorer le rendement global des freins. L'entretien des freins est examiné au cours des procédures de vérification, d'inspection et d'entretien en vertu du Code canadien de sécurité et les programmes présentement en cours devraient aider à assurer un progrès continu.

Résistance aux chocs

Ainsi que le fait la séries 100 des normes de prévention des accidents, la plupart des normes de résistance aux chocs des règlements de la série 200 et 300 sur la sécurité des véhicules automobiles, sont applicables aux autobus ainsi qu'à tous les véhicules d'un certain poids. Il y a de plus des normes claires ne s'appliquant qu'aux autobus, aux autobus scolaires tout particulièrement.

Les autobus diffèrent des autres véhicules automobiles de par leur rôle spécial, soit le transport commercial de passagers, ce qui entraîne une plus grande responsabilité de la part du conducteur en ce qui touche la sécurité des passagers. Au cours de la décennie 1987-1996, il y a eu 54 décès de passagers et 2 500 passagers blessés4.

On peut comparer ces chiffres au total de 496 décès et de 37 000 blessés, soit tous les piétons ainsi que les personnes qui se trouvaient dans tous les véhicules impliqués dans les accidents mettant en cause des autobus au cours de ces 10 années4. Les passagers des autobus représentent 11 % des décès, les conducteurs d'autobus, 2 %, les piétons 25 % et la plupart de ceux qui demeurent, soit 62 %, sont des conducteurs ou des passagers dans les autres véhicules4.

Il n'est pas surprenant que la protection du conducteur et des passagers dans des véhicules légers lors d'accidents avec de gros véhicules a toujours été et demeure une question clef de la sécurité routière. On l'aborde présentement au moyen de ceintures de sécurité, de coussins pneumatiques et d'autres appareils complexes de déploiement lors d'accidents. La protection des passagers d'autobus est une question à part avec d'autres optiques.

Les autobus fournissent aux voyageurs une façon remarquablement sûre de voyager comparé à d'autres véhicules routiers et à d'autres modes de transport. L'objectif demeure cependant d'en arriver à ce que les autobus offrent la meilleure sécurité possible, et non seulement une façon relativement sûre de voyager. La protection des passagers des autobus devient ainsi un sujet en soi.

Protection des passagers d'autobus

La protection des passagers des autobus fait autant appel à la participation de l'industrie de l'autobus et au milieu d'exploitation de cette industrie à la conception aux normes des véhicules. Ainsi que le laissent entendre les chiffres au Tableau 2, les autobus scolaires attirent beaucoup d'attention. Les autobus interurbains et nolisés, bien que bien reconnus à la vue, sont relativement invisibles dans les statistiques sur les véhicules et les routes.

Les autobus autres que les autobus scolaires sont plus difficiles à différentier de façon certaine. Les normes de sécurité fédérales au Canada et aux É.-U. les définissent de façon collective. En examinant des normes précises cependant, il faut reconnaître une conception particulière pour une opération précise. Les autobus urbains, par exemple, sont souvent conçus de façon à circuler avec des passagers debout et cela est reconnu dans une définition « d'autobus urbain » de la CEE. L'EPA aux É.-U. a également défini les autobus urbains afin de formuler un règlement spécial sur les émissions imposé6 au début des années 1990.

Les sections suivantes examinent séparément « La protection des passagers dans les autobus autres que les autobus scolaires » (urbain, interurbain, de transfert, nolisé et individuel) et « La protection des passagers des autobus scolaires ».

Programme de Transports Canada – Sécurité des autobus – Généralités

1.    Transports Canada élabore et applique les normes de sécurité des véhicules automobiles au Canada en vertu de la Loi sur la sécurité des véhicules automobiles.
2.    Au moyen du Conseil canadien des administrateurs en transport motorisé, Transports Canada soutient l'élaboration et l'application du Code canadien de sécurité pour les transporteurs routiers.
3.    Transports Canada fait rapport sur la sécurité des transporteurs routiers en vertu de la Loi fédérale sur les transports.
4.    Les enquêteurs sur les défauts de Transports Canada découvrent les défauts de sécurité et, avec les manufacturiers, prennent les mesures nécessaires afin de corriger ces défauts à l'aide des dispositions de l'avis de défaut de la Loi sur la sécurité des véhicules automobiles.
5.    Les associations d'exploitants d'autobus participent avec Transports Canada aux réunions régulières de consultation des Organismes nationaux de sécurité publique

YASA

Programmes et formations de la YASA

Simulations et manœuvres
Le Parc éducatif pour la sécurité routière
Programme d’amélioration des conducteurs
Les premiers soins
Livres
Programme de formation de la police municipale
Archive YASA
Conseils de Sécurité
Ne jamais laisser la voiture ouverte pour que les enfants ne jouent pas a l’intérieur.
< Promotion sur la Sécurité
Savoir faire attention à ses invités du danger de l'alcool au volant
Newsletters
Demande d'inscription
TAF
Support des victimes
lfpc
Comité Libanais pour la prévention des incendies (CLPI)
LASIP
Association Libanaise pour la prévention des blessures sportives (LASIP)
SBA
Alliance pour la Sécurité des bâtiments (ASB)
SRF
Fondation pour la recherche scientifique (FRS)
Lassa
Association Libanaise pour la sensibilisation de la sécurité scolaire