YASA
Faire un don
Un Parc éducatif pour Les scouts de l'école de Sainte Famille Fanar Conférence donnée pour la defence civile libanaise a Dbayeh Boulif : La stratégie nationale de sécurité routière 2016-2025 Conférences données pour Al Iman hôpital Aley Conférence donnée pour l'université Balamand Akkar Conférence donnée pour l'université Balamand Akkar Conférence donnée pour la defence civile libanaise a Dbayeh Conférence donnée pour l'association SNG a Hazmié Cette traversée, je l’ai faite toute seule, sans déranger personne La sécurité sur roues La sécurité en bicyclette ce qu’il faut apprendre à vos enfants Conférence donnée pour les professeurs a Dar Anout (DIP) pour la Compagnie nationale Aggregate de Chekka Conférence donnée a Beshmezine - Monastère de Saint Jean Conférence donnée a Montagne de Akroum pour l'association de Al Bayan Conférence donnée a Ibl El Saki en corporation avec la Paroisse de Saint Georgios Conférence donnée a l'assaciation du pretre Hanna Le nouveau permis de conduire européen TECHNIQUE : GPS OU ES-TU ? LES LOIS DE L'AERODYNAMIQUE AUTOMOBILE LA SUSPENSION PILOTEE TOIT TRANSCUP VENTURI GLOSSAIRE AUTOMOBILE DOSSIER PNEUS: CHOISIR SES PNEUS HIVER La Fibre De Carbone et L'Automobile ENTRETENIR SA VOITURE Un Parc éducatif à l'ecole de Wardiyeh a Mansourieh Un Parc éducatif à l'ecole de Saint Josepf Cornet Chehwan Le Conseil national divisé sur l’expérimentation de la baisse de la vitesse Conférence donnée par la YASA à l'Armée Libanaise Amchit. Application du nouveau code de la route au Liban : où en sommes-nous ? Journée noire sur le Dakar France: Vers des taxis parisiens 100% verts? Nigeria: Accident d’avion au décollage. Grave accident de la route aux Etats-Unis. Belgique: collision entre deux trains de marchandises.
Application du code de la route : des progrès, mais beaucoup reste à faire
4/27/2017 9:01:36 AM

Application du code de la route : des progrès, mais beaucoup reste à faire

La voiture accidentée à Ajaltoun, après avoir percuté un mur. Photo ANI

Sécurité routière

Le nombre d'accidents de la route a diminué de 22,5 % ces deux dernières années.

25/04/2017

Deux ans après l'entrée en vigueur du nouveau code de la route (22 avril 2015), le nombre de victimes des accidents de la route a-t-il vraiment baissé? La nouvelle réglementation a-t-elle été fermement mise en œuvre ? Les réformes édictées dans le texte législatif ont-elles été mises en place ? Les sanctions prévues en cas d'infractions sont-elles strictement appliquées ?

Ces interrogations se posent à l'heure où, il y a trois jours, les Forces de sécurité intérieure ont célébré en grande pompe ce deuxième anniversaire, établissant d'une part des barrages de sensibilisation à travers le territoire et se félicitant, d'un autre côté, d'« une baisse du nombre de tués et de blessés sur la route ». Selon les chiffres présentés dans un communiqué publié samedi par les FSI, « il y a eu, depuis l'entrée en application du nouveau code, une baisse de 22,5 % du nombre d'accidents, de 22,1 % du nombre de tués et de 21,6 % du nombre de blessés ».

Hier, l'institution sécuritaire a par ailleurs publié un communiqué dans lequel elle a affirmé que depuis le 17 avril 7 191 procès-verbaux pour excès de vitesse ont été dressés, montrant par là son attachement à préserver la sécurité des citoyens en dissuadant les conducteurs de dépasser les limites de vitesse. Or pas un jour ne passe sans qu'il n'apporte avec lui son bilan funeste d'accidents mortels. Au cours de cette semaine, la chambre de contrôle routier en a recensé de multiples, qui sont survenus dans les quatre coins du pays : à Beyrouth, à Jbeil, à Ghazir (Kesrouan), dans la Békaa, à Tyr, pour ne citer que ces régions.

Hier même, une collision spectaculaire a eu lieu entre trois voitures sur la route de Ajaltoun (Kesrouan), dont l'une d'elles a percuté un mur, ce qui a causé des blessures graves à son passager. À Marjeyoun, trois personnes ont en outre été blessées hier au cours d'un accident entre une Mercedes et une Kia.

Si les accidents persistent, une source proche des FSI a néanmoins affirmé à L'Orient-Le Jour que leur nombre a nettement diminué durant ces deux dernières années grâce, a-t-il précisé, à l'action de cette institution engagée dans l'application stricte du nouveau code. « C'est la première fois au Liban que les chiffres baissent durant deux années consécutives », affirme ce responsable qui a requis l'anonymat, soulignant toutefois que « le chemin est encore à son début ». Pour lui, « l'amélioration des bilans ne se poursuivra que si une stratégie nationale se met en place en vue de l'élaboration de plans scientifiques clairs ». Il faut également que toutes les institutions œuvrent autant que les Forces de sécurité intérieure, insiste-t-il, prônant « une coordination entre les ministères de l'Intérieur, des Transports et des Travaux publics, de l'Information et de l'Éducation ».

Il se félicite pourtant qu'un enseignement de technicien supérieur (TS) spécialisé dans la formation à la sécurité routière a été lancé cette année, indiquant que « la première promotion sera diplômée l'an prochain ».
Il fait état par ailleurs d'une prochaine initiative du directeur général des FSI, Imad Osman, comportant l'augmentation massive du nombre de radars dans toutes les régions.

Outre le secteur public, la source fait assumer aux citoyens la responsabilité de leur sécurité sur les routes. Les conducteurs doivent respecter la loi, affirme-t-elle, soulignant que plus la conviction à l'égard de la loi est profonde, moins il y a d'accidents et de vies fauchées.

Le Conseil national de la sécurité routière
Ziad Akl, président de la YASA, l'association pour la prévention routière qui, il y a plusieurs années, avait présenté au Parlement le projet de ce nouveau code de la route, dresse lui aussi un bilan mitigé.

En substance, M. Akl reconnaît que beaucoup de travail a été accompli pour l'application des mesures édictées par le texte législatif. « Si l'on compare le nombre actuel d'accidents et de personnes blessées et tuées à celui d'il y a deux ans, on perçoit une amélioration incontestable de la sécurité routière », affirme-t-il, attribuant cette situation à l'action des FSI, mais aussi à celle du pouvoir judiciaire.

« S'agissant d'infractions routières, les tribunaux sont désormais très fermes et rejettent les recours de ceux qui violent le code de la route », note-t-il, soulignant toutefois « la nécessité de déployer plus d'efforts au niveau national ». Il réclame dans ce cadre l'activation du Conseil national de la sécurité routière présidé par le chef du gouvernement, Saad Hariri, et dont le rôle est notamment de préparer des politiques publiques et de coordonner l'action des ministères concernés.

Sur un autre plan, le président de la YASA déplore « les failles entachant les permis de conduire », affirmant qu'« au Liban tous les candidats réussissent alors que leur succès devrait se baser sur la connaissance des règles de conduite ».

Quant au système du permis à 12 points qui a été mis en place par la loi de 2015, et en vertu duquel le conducteur se voit retirer un certain nombre de points selon l'infraction qu'il commet, au risque de voir son permis retiré pendant six mois s'il perd tous ses points, M. Akl indique qu'il est loin d'être mis en application.

Enfin, un autre point faible que le président de la YASA dénonce est la négligence des agents municipaux vis-à-vis de l'application de la loi. « Ils sont habilités à verbaliser de nombreux types de contraventions, notamment celles liées à l'excès de vitesse, au non-respect des sens interdits, à la violation des signaux et à la surcharge des véhicules, mais ils n'utilisent pas leurs prérogatives », déplore-t-il.

L'Orient-Le-Jour Liban

Programmes et formations de la YASA

Simulations et manœuvres
Le Parc éducatif pour la sécurité routière
Programme d’amélioration des conducteurs
Les premiers soins
Livres
Programme de formation de la police municipale
Archive YASA
Conseils de Sécurité
Interdire à l’enfant de faire sortir sa main ou sa tête par la fenêtre ou d’ouvrir la porte.
< Promotion sur la Sécurité
Les accidents dans les établissements éducatifs
Newsletters
Demande d'inscription
TAF
Support des victimes
lfpc
Comité Libanais pour la prévention des incendies (CLPI)
LASIP
Association Libanaise pour la prévention des blessures sportives (LASIP)
SBA
Alliance pour la Sécurité des bâtiments (ASB)
SRF
Fondation pour la recherche scientifique (FRS)
Lassa
Association Libanaise pour la sensibilisation de la sécurité scolaire